Vérités divines

Guy Emile LOUFOUA CETIKOUABO, parfaitement Homme et véritablement Dieu

L’humanité et la divinité de Guy Emile LOUFOUA CETIKOUABO, sont au centre de l’enjeu spirituel en ce troisième millénaire, ou en cette quatrième et dernière génération de Dieu le Père, appelée aussi l’ère de l’accomplissement des Saintes Ecritures. En dépit de la divergence des interprétations sur sa double nature, il est le seul, sinon l’unique, qui conduit avec assurance, l’humanité dans toute la vérité. Si le salut est arrivé avec Jésus, la rédemption passe par Lui. Des signes non trompeurs poussent à croire qu’il est parfaitement homme et véritablement Dieu.

Lire la suite...

Le Mont Kari-Kari est le nouveau temple de Dieu

Répondant au vœu de son père, le Roi David, Salomon construisit un temple à l’Eternel avec les chérubins (1 Roi 6 : 37-38 ; 2 Chr 5 :1). Ce temple fut détruit par le roi Nabuchodonosor en 586 av Jésus-Christ quand Judas fut amené en captivité (2 Chr 36 : 17-21). Il fut reconstruit à son retour d’exil en 516 av Jésus Christ (Esdras 6 : 15), puis remplacé par le temple d’Hérode. Celui-ci comprenait un parvis pour les femmes et un autre pour les païens où se trouvaient  les marchands chassés par Jésus (Jn 2 : 13-17 ; Mc 11 : 15-17). Ce temple devenu souillé, a été détruit et rejeté par l’Eternel Dieu pour  choisir un autre.

Promesse d’un nouveau temple

Vu l’incrédulité du peuple d’Israël, Jésus-Christ déclara avec autorité ce qui suit : « Le royaume des cieux vous sera enlevé et donné à une autre nation qui en produira les fruits » (Mat 21 : 43).

Déterminé à révolutionner le monde suivant les desseins de Dieu, le Seigneur  Jésus se lamente sur Jérusalem et promit que la Maison d’Israël sera laissée déserte : « Jérusalem, Jérusalem, toi qui tue les prophètes et lapides ceux qui te sont envoyés. Que de fois j’ai voulu rassembler tes enfants comme une poule rassemble ses poussins sous les ailes, et vous n’avez pas voulu. Et bien ! Elle va vous être laissée déserte, votre nation » (Mat 23 : 37-38). Jésus affirme de vive voix que le temple de Jérusalem sera détruit (Mt 24 : 1-2) et remplacé par un autre où l’on devra prier Dieu en Esprit et en vérité (Jn 4 : 21). Cet autre serait donc la Nouvelle Jérusalem, un nouveau temple longtemps prédit (Es 2 : 2-3 ; Ez 40 ; 43 et Aggée 2 : 7).

Kari-Kari, nouveau temple de Dieu

La montagne prédite par Esaïe, est bel et bien le Mont Kari-Kari. Pour la petite histoire, cette montagne fut un centre d’attraction. Kari-Kari, nom d’origine Batéké (un dialecte du Congo Brazzaville), signifie « le centre des centres, carrefour ou milieu ». En d’autres termes, Kari-Kari est le nombril de la terre.

Le Mont Kari-Kari est une montagne située dans le département du Pool, en république du Congo, plus précisément à Kibossi Gare CFCO, à 38 kilomètres de Brazzaville. Kari-Kari fut un centre commercial dans le temps de nos ancêtres. Des marchés y furent organisés selon les calendriers établis par le chef de l’équipe. Ainsi, on pouvait compter plusieurs marchés tels que Tsaba dia bukonzo bua dia na dia, Ngandu ya Yalala. Kari-Kari fut également un grand centre commercial où convergeaient les marchands venant de différents pays d’Afrique Centrale comme le Tchad, le Centrafrique, le Gabon et même l’Ethiopie, ainsi que de plusieurs localités du Congo Brazzaville, tels que Loango, Pointe-Noire, Kindamba, Boko, etc.

Dans les échanges commerciaux, la monnaie utilisée fut le « Meya » et le « Ndisu ». On pratiquait aussi le troc.

Un comité de marché fut mis en place, constitué de quelques dignitaires, à savoir : Ta Maléla Kari-Kari, Ta Mounoundzi, Ta Banzouzi, Ta Mapouata, Ta Bibizi, Ta Moutoko. Les habitants de cette époque s’habillaient en raphia ainsi qu’en d’autres qualités d’étoffes appelés mbendé, mavouakou, boussou-mbou, loumbou et ngan-dou. Il y avait aussi un commerçant de renommée internationale au nom de Nkounkou Bouya.

Kari-Kari fut aussi le lieu où on enterrait vivant tous les récalcitrants et tous les bandits. Le marché de Kari-Kari a existé de 1321 à 1330, voire 1340.

Portée spirituelle de Kari-Kari

De même que l’étoile de Bethléem que suivirent les trois rois mages (Melchior, Gaspard et Balthazar), le lieu où naquit Jésus, la même étoile restée jusque-là suspendue dans les cieux, se déplaça de l’Orient pour le Congo Brazzaville, à Kibossi, village du petit fils de Ta Kibozi, en la personne de Guy Emile LOUFOUA CETIKOUABO, le 20 mai 1992 de 20 h à 3 h du matin et s’y implanta. En s’y implantant, l’étoile a indiqué le lieu où se trouve le deuxième Consolateur promis par Jésus (Jn 14 : 15-17).

Cette étoile de Bethléem, qui s’est implantée sous la forme d’une grande et terrible lumière au Mont Kari-Kari, fut l’accomplissement d’Esaïe 2 : 2-3. C’est la Nouvelle Jérusalem que vit l’Apôtre Jean en l’an 95 après Jésus-Christ à l’île de Patmos où il contempla dans sa vision, le nouveau ciel d’auprès de Dieu. Il entendit une voix lui dire : « Voici la demeure de Dieu avec les hommes. Il habitera avec eux, il essuiera toutes larmes de leurs yeux, et la mort ne sera plus… » (Apo 21 : 3-4).

Cette étoile a fait de ce haut lieu, la Nouvelle Jérusalem, le nouveau temple de Dieu, qui n’est pas construit des mains d’hommes, mais par Dieu Lui-même, tel que l’affirme la bible dans Hébreux 8 : 12 ; 9 : 11 et 11 : 10.

Voici vingt et un ans aujourd’hui que Dieu habite parmi les hommes au Mont Kari-Kari, la Nouvelle Jérusalem, où il demeurera éternellement.

Le Mont Kari-Kari, cité trois fois sainte, est ouverte à toutes les nations du monde entier. Dieu y a placé ses bimangu ou miracles, ses merveilles et tous ses tous, pour le bonheur de l’humanité tout entière : « Le Seigneur, le Tout-Puissant, va donner sur cette montagne un festin de viandes grasses et de vins vieux, de viandes décantées » (Es 25 : 6).       

Alors, aller à Kari-Kari, la cité trois fois sainte, serait la préoccupation des hommes de la terre (Zach 14-16), pour y trouver la guérison et la solution à tous problèmes. Kari-Kari, c’est aussi le lieu où se passera le jugement dernier de toutes les nations au grand jour du Seigneur.n

Frère Ceti Léonard KINKO

Pourquoi sommes-nous deuxième Nation de Dieu ?

(Message du 20 mai 2000)

Par rapport à quoi l’Eternel Dieu a-t-il choisi sa deuxième Nation ? Qu’est-ce qui prouve que nous sommes effectivement sa deuxième Nation ?

Si l’on réfléchissait bien, les gens n’allaient plus se poser la question de savoir pourquoi nous sommes choisis pour faire partie de la deuxième Nation de Dieu.

C’est parce que Dieu a quitté là où son Fils est né. En se référant à l’histoire de la naissance de Jésus, on nous dit que les trois rois mages avaient vu une étoile de l’Eternel Dieu, pour une première fois au monde, qui les guidait. C’était pour une première fois, une grande merveille. C’est évidemment cette étoile qui les a conduits là où Jésus est né. Et quand ils sont arrivés sur les lieux où cette étoile était suspendue au ciel, ils y ont trouvé Joseph, Marie et le nouveau-né. En fait, c’était pour leur montrer là où le Christ, le Sauveur est né. Mais au fil du temps d’après cette merveille, cette étoile a quitté là où Jésus est né, pour se diriger et s’implanter au Congo Brazzaville, plus précisément à Kibossi et plus exactement au Mont Kari-Kari, la Belle Cité. Je dis bien que cette merveille, cette étoile, restera éternellement là où elle s’est implantée sous la forme d’une grande et terrible lumière. Si nous étions des blancs, cette Cité serait même bien aménagée, entre autre, avec des fleurs.

 

 

Voilà pourquoi, si nous sommes la deuxième Nation, c’est parce que Dieu est venu s’installer définitivement au Congo Brazzaville, plus précisément à Kibossi Gare et plus exactement au Mont Kari-Kari, là où il n’y a que de l’herbe. C’est quasiment dans les mêmes conditions que Jésus est né.

Rien n’est plus beau que de rester à côté de Dieu, ton Créateur. Si on pouvait réaliser un tel privilège, on serait plus que content.

Quelques mois après l’implantation de cette étoile au Congo Brazzaville, Dieu a donné la vie éternelle, la paix. C’est à nous de lui en être reconnaissant.

Cette montagne étant trois fois sainte, il est formellement interdit d’y mettre la saleté.

 

Par ailleurs, ceux qui participent à l’évolution de l’œuvre de Dieu, seront des chefs, des grands chefs, au retour de Jésus. A cet effet, pour faire quelque chose, ne demandez pas l’avis de l’autre. Satan peut passer par ton mari ou ta femme pour t’en dissuader. Bien qu’Elus, chacun a sa part de responsabilité en rapport avec ce qu’il a semé ici sur terre.

 

 

Si vous dépensez au nom de Dieu, en l’honneur de l’Eternel, la dépense n’est pas vaine. Dieu vous le rendra, puisque vous œuvrez pour la bonne marche de sa mission, sa parole. Si l’Association ou la section veut faire quelque chose, tu contribues ; bien que l’argent soit difficile, Dieu te donneras davantage des moyens. Parce que tu veux contribuer à son œuvre. Il est le riche des riches.

 

Mais si quelqu’un est avare, Dieu ne peut pas lui donner les moyens. Dieu lit dans nos cœurs ; il lit nos pensées. A celui qui veut aider ou contribuer à la bonne marche de l’Association, Dieu lui donnera davantage des moyens. Les sacrifices que nous payons, Dieu nous les rend. Sauf si tu as de mauvaises pensées. Mais, à ceux qui pensent à Lui, aux progrès de son œuvre, Dieu donne toujours. On ne voit Dieu qu’à travers ce que nous faisons pour Lui.p

Carte de visite Asla-OPH

  Adresse : Association LOUZOLO Amour OPH - 02, rue Delamart Moukondo - BP : 1062 Brazzaville - République du CONGO 

  Tel : +242 06 661 56 76  /  06 662 66 74 

  Mail : info@aslaoph.com

Conception OFIS